Qu’est-ce que le temps ? Quel est son rôle dans notre évolution et quelle est notre relation à celui-ci ? Nous sommes toujours pressé, préoccupé par une quelconque pensée, un quelconque objectif à réaliser. Dans certains cas, nous ressassons le passé comme s’il pouvait être vécu à nouveau et pourquoi pas modifié. Dans d’autre, nous fantasmons un futur toujours plus lointain.

Le temps est la notion par laquelle nous évaluons le changement. On distingue 3 temps principaux :

  • Le passé : Il s’agit de l’accumulation des événements s’étant déjà produit et qui ont façonnés le monde ainsi que notre personne sur tous les plans. Par définition, le passé est inaltérable et unique.
  • Le présent : Il s’agit de l’instant, toujours changeant, où les choses se produisent. Il est le moment des choix qui orienteront notre vie.
  • Le futur : Il s’agit de l’espace contenant les possibilités attendant de se concrétiser. Il est infini de par la complexité de notre environnement.

Le temps est souvent perçu comme linéaire tel que le passé précède le présent et le présent annonce le futur :

Ainsi dans l’évolution d’un être humain, le présent se décide grâce aux connaissances conscientes ou non du passé pour atteindre un futur, un objectif. Ce mécanisme se retrouve dans tous les aspects de la vie, souvent même malgré nous. Par exemple : Je choisis de suivre la décision de mes parents (Présent) pour ne pas avoir à m’exprimer (Futur) car j’ai senti que mon avis avait peu d’importance (Passé).

Le passé peut donc être un élément limitant dans l’expression du Soi essentiel. Toutefois, il est important de comprendre que tous les mécanismes mis en place que nous avons mis en place ont tous été utiles à un moment ou à un autre de notre vie. Ils avaient pour but de nous protéger d’une souffrance physique et/ou émotionnelle et nous avons simplement oublié comment faire sans. Il est donc bon de les reconnaître et de les remercier avant de les laisser derrière nous plutôt que de s’acharner et de les combattre (notion d’indépendance).

Le futur peut être représenter par un arbre de décision où chaque possibilité est envisageable :

Il est possible de s’y projeter car rien n’a encore été écrit et tout est à-venir. Il peut s’agir d’événements proches (Je passe mon examen dans cinq minutes) comme de projets lointains (Quand je serais grand…). Il existe également un futur que nous pourrions situer bien plus loin car il n’a pas de mesures quantifiables : il s’agit du Quand j’aurais le temps, Quand je serais heureux, …
Le futur est multiple et il est facile de s’y perdre et d’en oublier ses priorités.

Enfin il reste le présent. C’est le seul moment que nous vivons réellement, le seul où il se produit quelque chose, où nous ressentons. Les sensations issues du passé ne sont que souvenirs (e.g. le goût d’un plat que nous avons mangé étant enfant) et celles du futurs ne sont que le produit de notre imaginaire.

Le présent est l’instant magique où nous faisons des choix dans le monde extérieur mais aussi dans notre monde intérieur. A ce titre le temps peut avancer à des rythmes différents dans ces deux mondes. Il conviendra de reconnaître et de respecter ces rythmes : c’est-à-dire s’autoriser le temps faire un choix ou de reconnaître une émotion par exemple.

Si nous prenons l’image d’un sablier, le cadran supérieur contenant chaque grain de sable (chaque possibilité) est le futur. Nul ne sait exactement quel grain sera le prochains à tomber. Le cadran inférieur contient les grains écoulés correspondant aux événements passés. Enfin, au centre, il reste le présent avec un grain unique, toujours en mouvement.

Trop souvent, nous sommes plongés dans le passé à ressasser des événements, à rejouer des scènes dans notre tête avec des Et si et des J’aurais du.

Trop souvent, nous portons notre regard vers le futur pour nous préparer à ce qui va arriver, pour envisager le meilleur et surtout le pire.

Trop souvent, nous oublions le présent. Alors simplement arrêtons-nous quelques instants et accordons-nous le temps de respirer un peu, de prendre notre météo intérieure.

Si nous nous intéressons au principe de corps-esprit, nous connaissons tous l’adage populaire « un esprit sain dans un corps sain ». Ainsi, le corps ne peut être dissocié de l’esprit si nous souhaitons un certain bien-être. Dans le cas contraire, nous serions « à côté de nos pompes » et cela n’est guère agréable.

Il n’est pas possible de concevoir que notre corps physique, avec ces sensations, soit ailleurs qu’au présent. Puisque le corps ne peut être qu’au présent, il convient bien de ramener aussi notre esprit vagabondeur au présent afin que de pouvoir vivre vraiment.

Exercice :
Prenez 3 situations vécues aujourd’hui. Ecrivez le choix qui a été fait ainsi que ce qui s’est produit. Fermez les yeux quelques secondes et posez-vous la question « Qu’est ce qui m’a poussé vers ce choix ? ». Respirez avec cette question, laissez-la infuser et sentez ce qu’il se passe à l’intérieur. Peut-être se dégage-t-il un thème récurrent dans le moteur de mes actions ? Peut-être ai-je réagi au lieu d’agir ? Simplement prendre note et accepter ce qu’il s’est produit.

Pour aller plus loin :
Voici un cours de topologie sur le thème du temps provenant de l’Ecole polytechnique. Dans cette vidéo, Étienne Klein nous invite à nous interroger sur la nature du temps.